Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 16:51

Comme prévu et annoncé, la troisième session de La Croix bleue se tiendra le samedi 30 mai de 14h à 18h à Paris aux Écuries de Joséphine ; 29, rue Saint-Lazare ; 75009 Paris – 01 48 74 41 69 – www.les-ecuries-de-josephine.fr/

Vous y êtes cordialement attendus. Entrée libre.

Les deux causeries auront pour thème :

1. Les « preambula fidei », c'est-à-dire les vérités naturelles qui sont par nature préalables à la vertu surnaturelle de la foi (même si chez ceux qui ont reçu le sacrement de Baptême avant l'âge de raison, l'infusion de la vertu de foi a précédé leur connaissance) : l'existence de Dieu et ses attributs ; la spiritualité, la liberté et la responsabilité de l'âme humaine etc.

2. Le fidéisme (et les erreurs apparentées), véritable cancer de l'intelligence naturelle en général, et de l'intelligence chrétienne en particulier. On ne saurait trop identifier ce précurseur du modernisme, et s'efforcer d'y porter remède.

Trois des quatre premières causeries déjà données ce printemps sont visibles ou audibles sur l'internet aux adresses suivantes :

http://gloria.tv/media/fyd95B9Hhp1

http://gloria.tv/media/L2gRhGsCEmQ

http://gloria.tv/media/itrk53QX4XB

Extrait d'un polycope proposé aux assistants :

« Saint Thomas d'Aquin n’a pu bâtir une œuvre proprement théologique qu’en usant d’une véritable science philosophique, une philosophie vraie et une vraie philosophie construite dans sa propre lumière, sur ses propres principes, avec ses propres arguments. Aussi il ne faut pas diminuer ni dénaturer la philosophie, ni la dissoudre dans une sorte de “théologisme” qui est à la théologie ce que le fidéisme est à la foi : on ne ferait que semer la confusion, le flou, le chaos dans des intelligences qui meurent faute de stabilité et de clarté.

« Il faut au contraire restaurer la philosophie naturelle, lui rendre toute sa place dans la formation de l’intelligence catholique — place indispensable, ne serait-ce que parce qu’elle maintient l’intelligence dans l’humilité.

« Ce n’est pas d’abord d’un excès de raison dans la philosophie qu’a souffert et que souffre le monde catholique : c’est d’une déficience, c’est d’un défaut de métaphysique et de rigueur logique. Les auteurs catholiques, même ceux du meilleur esprit, ont trop souvent des intelligences brouillonnes, mélangeant les points de vue, se contentant de superficiel et d’à-peu-près, ignorant les définitions et les distinctions, n’ayant guère idée des exigences de la vérité en fait de discipline de l’esprit et de travail sérieux.

« Alors, quand on aborde de graves questions – où le témoignage de la foi, la fidélité à l’Église catholique et à son esprit, et le salut éternel sont intéressés – ces défauts deviennent de redoutables obstacles et pourraient bien entraîner de funestes erreurs.

« Notons enfin que la question ici discutée et disputée est d’une importance qui dépasse de beaucoup le problème de la seule philosophie car, ainsi que le remarque avec beaucoup de justesse Étienne Gilson, “on peut poser comme une loi philosophique historiquement vérifiable qu’il y a corrélation nécessaire entre la manière dont on conçoit le rapport de l’État et de l’Église, celle dont on conçoit le rapport de la philosophie à la théologie et celle dont on conçoit le rapport de la nature et de la grâce” ».

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 14:50

La réunion de La Croix bleue aura bien lieu samedi 25 avril de 14h00 à 18h00, comme il est prévu.

Mais un ami nous a trouvé un lieu plus vaste et plus convivial aux Écuries de Joséphine, 29 Rue Saint-Lazare, 75009 Paris – 01 48 74 41 69 – www.les-ecuries-de-josephine.fr/

Nous vous attendons donc cette grande cave voutée (100 places, dit-on) pour deux conférences :

1. Le Sens Commun ;

2. Quelques notions de philosophie naturelles utilisées pour l'exposé et l'explication de la doctrine catholique.

Ayez la bonté d'inviter ceux de vos amis qui pourraient tirer profit de ces leçons, et de signaler le changement d'adresse à ceux que vous savez vouloir venir.

Que le Bon Dieu vous en bénisse,

Abbé Hervé Belmont

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 07:08

Lu et vu sur gloriatv, la lettre que le R. P. Charles Baillif dit être son testament : un beau témoignage de la foi catholique.

À lire ici.

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 23:49

Horaire de la Semaine-Sainte mars-avril 2015

29 Dimanche des Rameaux. Messe basse à 8 h 15. Bénédiction des Rameaux, procession et Messe chantée à 10 h 00. Vêpres à 17 h 15 et salut du T. S. Sacrement à 18 h 00.

30 Lundi-Saint. Messe basse à 7 h 30.

31 Mardi-Saint. Messe basse à 7 h 30.

1 Mercredi-Saint. Messe basse à 7 h 30.

2 Jeudi-Saint. Office des Ténèbres à 7 h 30. Confessions de 10 h 15 à 11 h 40 et de 15 h 00 à 18 h 00. Chapelet à 11 h 45. Messe à 18 h 30, suivie de la procession au Reposoir. Adoration jusqu’à minuit.

3 Vendredi-Saint. Jeûne et abstinence. Office des Ténèbres à 7 h 30. Chapelet à 11 h 45. Chemin de la Croix à 15 h 00. Confessions de 16 h 00 à 18 h 00. Cérémonie de l’Adoration solennelle de la Croix à 18 h 30.

4 Samedi-Saint. Office des Ténèbres à 7 h 30. Confessions de 10 h 15 à 12 h 00 et de 16 h 00 à 18 h 45. Chapelet à 18 h 45. Veillée pascale à 22 h 30.

5 Dimanche de Pâques. Messe de la Résurrection à 00 h 00. Messe chantée à 10 h 00. Vêpres à 17 h 15 et salut du T. S. Sacrement à 18 h 00. — Attention ! il n’y a pas de Messe à 8 h 15.

6 Lundi de Pâques. Messe chantée à 9 h 00.

La communion pascale

Dans l’Église universelle, le temps pour accomplir le précepte de la communion pascale va du dimanche des Rameaux au dimanche in Albis (premier dimanche après Pâques). Dans certains diocèses, ce temps est plus ample. Ainsi, dans le diocèse de Bordeaux, il est étendu du quatrième dimanche de Carême au deuxième dimanche après Pâques ; il est prolongé jusqu’au dimanche de la Trinité pour les malades (Statuts synodaux de 1957, n. 197, 4°).

La première condition pour communier est d’être baptisé, puisque le Baptême est la porte de tous les autres sacrements. Qui recevrait la sainte Hostie sans posséder le caractère baptismal recevrait bien le corps sacré de Notre-Seigneur, mais non point la grâce sacramentelle.

La seconde condition est d’être en état de grâce, c’est-à-dire d’avoir l’âme qui participe à la vie intime de Dieu en étant le siège de la Sainte Trinité — et donc, nécessairement, qui est exempte de tout péché mortel. Sans cela, recevoir la sainte Eucharistie serait un sacrilège, ce serait « manger et boire sa propre condamnation » selon l’expression de saint Paul. Cet état de grâce, si l’on a eu le malheur de commettre un péché mortel, doit être un état de grâce consécutif à l’absolution sacramentelle. La contrition parfaite (qui restitue la grâce divine) même moralement certaine, ne suffit pas. En pratique, donc, il faut pouvoir se rendre le sincère témoignage qu’on n’a pas commis de péché mortel depuis sa dernière bonne confession.

La troisième condition est le jeûne eucharistique. C’est là une obligation grave. Voici la loi de l’Église en vigueur, régie par le motu proprio de Pie XII Sacram communionem (19 mars 1957). Il est préférable et souhaitable, pour s’approcher de la sainte Table, d’être à jeun depuis minuit (heure légale ou heure solaire). Il est obligatoire de s’abstenir pendant trois heures avant la communion de toute nourriture solide et de toute boisson alcoolique ; pendant une heure avant la communion il faut s’abstenir de toute boisson sans alcool. L’eau et les vrais médicaments peuvent être pris sans limite de temps. Il est précisé en outre qu’un liquide doit être liquide avant d’entrer dans la bouche (Saint-Office, juin 1957). Le discernement entre liquide et solide se fait selon l’estimation commune. En outre, on appelle nourriture et boisson ce qui vient de l’extérieur, qui est comestible, qui est mangé ou bu : la salive, le sang qui coulerait dans la bouche, un morceau de nourriture qui était resté coincé entre les dents, un clou, un moucheron involontairement aspiré, ne rompent pas le jeûne. La moindre parcelle de nourriture, une miette de pain par exemple, même mangée par inadvertance, rompt le jeûne et empêche la sainte communion.

La quatrième condition est l’intention droite. Il faut s’approcher de la sainte table pour un motif digne du sacrement : pour l’amour de Notre-Seigneur, pour obéir à son précepte, pour fortifier son âme, pour grandir dans la charité. Il serait indigne de le faire par respect humain, pour attirer l’attention etc.

Le prêtre qui distribue la sainte communion n’est pas juge des dispositions internes de celui qui communie, ni de ses opinions théologiques ; il doit cependant prendre en compte les dispositions en tant qu’elles relèvent du for public ou qu’elles manifestent une indignité dans l’acte même de communier. C’est ainsi qu’il doit refuser la sainte communion en cas de situation matrimoniale irrégulière publique¬ment connue, d’état d’ébriété, de grave indécence dans la tenue vestimentaire, d’adhésion publique à une secte acatholique (explicitement reconnue comme telle par l’Église) etc.

Petits conseils d’ordre pratique :

– il faut se rendre à la sainte table avec ordre et recueillement ;

– il faut faire la génuflexion en y arrivant, avant de s’agenouiller ;

– il faut placer les mains en-dessous de la nappe de communion ;

– il faut, à l’approche du prêtre, lever légèrement la tête et avancer la langue sur la lèvre inférieure : ces deux points sont importants car le prêtre est situé au-dessus du communiant et en voit mal la bouche. Sans cela, il n’arriverait pas bien à y placer l’hostie ;

– il faut ne pas baisser brusquement la tête dès qu’on a reçu l’hostie sainte : cela oblige le servant à des acrobaties pour empêcher que le plateau de communion ne soit bousculé voire renversé ;

– il faut avaler la sainte hostie avec un infini respect. Si elle se colle au palais, il faut résister à la tentation d’y porter la main ; il faut alors l’humecter et la laisser se décoller naturellement ;

– sans attendre, il faut faire la génuflexion et se rendre à sa place. Là, il faut faire une sérieuse et fervente action de grâce.

La confession pascale

Le précepte de l’Église de se confesser au moins une fois par an ne précise aucun temps pour son accomplissement (on peut compter l’année selon le calendrier, ou de Pâques à Pâques). Il n’y a donc de « confession pascale » à proprement parler. Mais les jours saints sont tout indiqués pour s’acquitter de ce grave devoir.

Le sacrement de pénitence est un acte liturgique et judiciaire.

Liturgique, il comporte notamment la récitation du Confiteor en latin ou en langue vulgaire, en y incluant les mentions et à vous mon Père et et vous mon Père (car dans un sacrement on doit exprimer extérieurement ce qui s’opère en réalité, en l’occurrence la confession à un ministre de Jésus-Christ et non à Dieu directement). On peut se contenter de ces paroles : Je confesse à Dieu tout-puissant et à vous mon Père. S’il y a une file, si le temps urge avant l’office, si l’heure est incongrue, il faut user de cette formule brève : cela vaut mieux que de bâcler un hâtif confiteor ou de faire blocus à ceux qui viennent après.

Judiciaire, il inclut une véritable accusation des péchés. Les péchés sont des actes (pensées, paroles, actions) et non des tendances, des habitudes ni des attraits. Leur accusation ne doit donc pas tourner au bilan psychologique ni à un impersonnel compte-rendu administratif. Ce serait étranger au sacrement.

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 19:22

Venez apprendre à chanter la gloire de Dieu

TRIDUUM DE  CHANT GRÉGORIEN

Stage de formation pour jeunes garçons  (à partir de 7 ans jusqu’à la mue)

du jeudi 29 juillet au dimanche 2 août 2015  sous le patronage de saint Benoît

Le stage aura lieu à la Maison Saint-Jean-Baptiste à Saint-Maixant (Gironde).

• Logement prévu sur place.

• Arrivée des garçons le mercredi 29 juillet dans l’après-midi.

• Début du stage le jeudi matin après la Messe.

• Fin du stage le dimanche 2 août après la Messe de 10 h, durant laquelle il est prévu que les enfants chantent.

Pour tout renseignement, veuillez contacter

M Athanase Sauget

au 05&56&76&26&23

ou par courrier électronique: athanase.sauget[arobase]icloud.com

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 04:55

La Croix Bleue

À
Paris,

En
trois

samedis

14h-18h

2015 :

21
mars

25
avril

30
mai

 

conférences de formation doctrinale

La philosophie naturelle au service de la foi catholique

« But, as a matter of fact, another part of my trade, too, made me sure you weren’t a priest.

—  What? Asked the thief, almost gaping.

—  You attacked reason, said Father Brown. It’s bad theology. »

« D’ailleurs, à un autre indice, j’aurais pu dire que vous n’étiez pas un vrai prêtre.

—  Quoi ? dit le voleur, bouche bée.

—  Vous avez attaqué la raison, dit le Père Brown. C’est de la mauvaise théologie. »

G. K. Chesterton

The Blue Cross — La Croix bleue

 


La foi théologale, celle qui nous fait appartenir à la sainte Église, forme un tout avec la doctrine catholique qui la soutient dans notre intelligence, qui l’applique dans notre vie morale, qui la défend et la fait rayonner dans la société.

Parmi ces vérités doctrinales, il en est une dont la connaissance est décisive pour comprendre l’ordre établi par Dieu ainsi que sa volonté sur nous : la distinc­tion radicale entre le domaine naturel et le domaine surnaturel, leur nécessaire unité, leur harmonie à maintenir coûte que coûte. Sans cela, les catholiques errent sans cesse entre rationalisme et pseudo-surnaturalisme, deux erreurs qui convergent dans la destruction de l’intelligence de la foi et de la société.

La Croix Bleue, en six conférences, expose les principes et les applications de la distinction entre nature et grâce, entre raison et foi. Ce n’est pas un cours de philosophie, puisque son regard se situe à l’intérieur de la foi catholique ; il s’agit de contempler l’unité et la fécondité de l’ordre établi ici-bas par Dieu, pour que la foi catholique illumine et imprègne la vie humaine — non avec incohérence, non en suscitant l’anarchie, mais dans la douceur de l’ordre.

La perspective générale de La Croix Bleue est celle adoptée par saint Thomas d’Aquin dans sa Somme contre les Gentils.

Quelques-uns des thèmes abordés

–  caractérisation de l’ordre de la nature, de celui de la grâce, et de l’ordre hypostatique ;

–  statut de la philosophie naturelle et existence de la philosophie chrétienne ;

–  les préambules de la foi ;

–  les notions rationnelles élaborées au service du catéchisme catholique ;

–  le sens commun ;

–  les erreurs du fidéisme, du traditionalisme et du rationalisme.

Organisation

–  trois samedis après-midi de 14 h à 18 h : les 21 mars, 25 avril et 30 mai 2015 ;

–  à Paris ve, 16 rue Monge, dans une salle mise à disposition par le Bar-Restaurant Du Palais. Entrée libre.

Pour tout renseignement

Abbé Hervé Belmont

3, allée de la Sérénité

F – 33490 Saint-Maixant

[+33] (0)5 56 76 26 23

 

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 21:52

ANNÉE  2015

Retraites selon les Exercices de Saint-Ignace

Prêchées par l’Abbé Hervé Belmont à Saint-Maixant (Gironde – France)

Maison Saint-Jean-Baptiste — 3 allée de la Sérénité — 33490  Saint-Maixant

05"56"76"26"23

 

Pour les hommes et jeunes gens (à partir de 17 ans) :

Du lundi 9 février 2015 (à 14 h) au samedi 14 février 2015 (à 12 h)

Du lundi 6 juillet 2015 (à 14 h) au samedi 11 juillet 2015 (à 12 h)

Du lundi 17 août 2015 (à 14 h) au samedi 22 août 2015 (à 12 h)

 

Pour les dames et jeunes filles (à partir de 17 ans) :

Du lundi 20 juillet 2015 (à 14 h) au samedi 25 juillet 2015 (à 12 h)

Du lundi 3 août 2015 (à 14 h) au samedi 8 août 2015 (à 12 h)

 

 

 

En se retirant des agitations du monde pendant cinq jours et en suivant l’itinéraire par lequel Dieu a conduit saint Ignace de Loyola du péché à une haute sainteté et à un grand zèle pour l’Église, l’âme chrétienne se dépouille des affections désordonnées, des péchés qui l’enchaînent dans la voie de la tiédeur ou de la perdition, de l’aveuglement qui lui fait oublier son éternité.

La miséricorde de Dieu, la paix de l’âme, la joie du cœur libéré et le juste discernement de la volonté de Dieu sur vous seront les fruits de votre retraite.

Il faut prendre la grâce quand elle passe, dit la sagesse populaire. Si cela est déjà vrai des occasions favorables qui se présentent dans le cours de la vie, cela est infiniment plus vrai de l’amour de Dieu qui frappe à la porte de votre âme.

Toutes les voies du Seigneur sont miséricorde et vérité, proclame le Psaume XXIV : Universæ viæ Domini misericordia et veritas.

La retraite qui vous est proposée, prêchée selon la grande tradition spirituelle de la sainte Église catholique, est une de ces grâces si précieuses que l’éternité entière peut en dépendre. C’est une grâce vigoureuse, une grâce de choix qui produit la conversion de l’âme, l’affermissement des vertus, ainsi qu’un grand élan de vie chrétienne et de sanctification.

Cette retraite portera des fruits durables, elle sera une véritable contribution au règne de Jésus-Christ en vous et autour de vous, parce que la vérité entière de la doctrine catholique – qui procure l’intégrité de la foi, l’intensité de l’espérance et la vigueur de la charité – est une requête impérieuse de la miséricorde divine qui illumine l’esprit, élève et apaise le cœur, et sauve l’âme.

Sainte Vierge Marie, par votre amour maternel, conduisez-moi à la retraite !

 

 

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 22:10

Le battage médiatique qui a entouré le règlement de compte au siège de Caïphe-Hebdo est totalement disproportionné avec l’évènement lui-même : celui-ci est tragique pour les personnes qui ont trouvé la mort sans préparation ni contrition, mais il est quantitativement insignifiant. En revanche ce matraquage a été très adroitement haussé au niveau de l’effet escompté.

Le résultat visé est un grand pas supplémentaire dans la confusion des esprits et dans l’ensevelissement de l’intelligence chrétienne. En effet, on nous rebat des oreilles de « blasphème contre Mahomet » et de « droit au blasphème », au rebours de la signification des mots pour mieux enfumer les consciences.

*

Comme bien souvent, pour y voir clair il suffit d’ouvrir son catéchisme : on y trouvera deux définitions bienvenues.

Le blasphème est une parole (des lèvres ou du cœur, ou bien un acte éloquent) qui constitue une injure à Dieu, spécialement par la négation de la foi ou par la profération d’un mensonge à son égard. Par extension – une extension fondée sur la réalité de la grâce divine qui est participation à la vie même de Dieu et à sa bonté – le blasphème peut s’adresser à la sainte Vierge Marie, à la sainte Église catholique ou aux saints.

Saint Augustin, dans son Contra mendacium, définit ainsi : Blasphemia est per quam de Deo falsa dicuntur — le blasphème est ce par quoi des choses fausses sont dites à propos de Dieu.

 

Et saint Thomas d’Aquin (IIa-IIæ q. 13 a. 1) d’expliquer que le blasphème est une atteinte à la confession de la foi parce qu’il nie la bonté de Dieu.    

Par ailleurs, un prophète est celui qui a reçu mission d’enseigner, au nom du vrai Dieu, la vérité de la Loi divine et de Jésus-Christ : de Jésus-Christ annoncé et espéré dans l’Ancien Testament ; de Jésus-Christ venu et révélé dans le Nouveau Testament.

Mahomet n’est ni Dieu ni un saint ni un prophète. Il est donc impossible de proférer un blasphème à son égard ; c’est par une impropriété de terme indue qu’on parle de blasphème envers lui, et cette impropriété est une impiété qui cache le fait que Mahomet est lui-même un blasphémateur qui nie la divinité de Jésus-Christ et qui la fait nier quinze fois par jour à tous ses adeptes.

   *  

S’il est donc impossible de blasphémer Mahomet, en revanche certains se font gloire de provoquer les musulmans. Il faudrait, pour justifier une provocation, une raison grave de la proférer : un bien nettement supérieur au désordre ainsi engendré (convertir les musulmans, accéder à la gloire du martyr). Il faudrait aussi prévoir et prévenir les maux prévisible (renforcement de l’identité islamique et des lois qui favorisent l’islam, déchaînement de leur sentiment guerrier).

Les rédacteurs de Caïphe-Hebdo (avant comme après la tuerie) sont des provocateurs irresponsables : non seulement leurs caricatures sont inaptes à sortir un musulman des ténèbres de sa secte, non seulement elles ne peuvent en rien éloigner les chrétiens (mal instruits) de la fascination pour l’islam, mais en plus ces caricatures sont l’occasion d’incendies d’églises, dans les pays d’Afrique dont l’islam est en train d’activer la conquête. Ce sont des irresponsables que tout le monde applaudit (même des chrétiens d’Occident)… sauf ceux qui ont tout perdu : leurs églises, leurs biens, leur honneur aussi. Des irresponsables qui portent une lourde responsabilité.

Et quand il arrive que les provoqués réagissent violemment, va-t-on plaindre les provocateurs ? Voyez ici !

*

Cette provocation affichée de l’islam masque et « fait passer » un blasphème permanent contre Dieu et ses œuvres, contre Notre-Seigneur Jésus-Christ et son Évangile, contre l’Église catholique et la civilisation chrétienne : blasphème de négation et de moquerie, blasphème de mensonge et de souillure. En cela Caïphe-Hebdo et Mahomet se rejoignent parfaitement, et leur opposition n’est donc que superficielle. Leur ennemi commun (nous !…) devrait bientôt les réconcilier.

*

L’exploitation de la tuerie du 7 janvier fait que nous n’en sommes plus aux blasphèmes écrits par un torchon au tirage fort limité : elle a étendu à la planète entière la diffusion dudit torchon (pardon au vrais et estimable torchons qui essuient la vaisselle ou enveloppent le jambon !) ; pis encore, elle conduit à la proclamation d’un nouveau « Droit de l’Homme » doublement majusculaire : le droit au blasphème. L’abjection est à son comble.

C’est une abjection quant à l’honneur de Dieu, cet honneur de celui qui est tout et auquel nous devons tout, cet honneur qui est un bien à défendre de toute notre âme et de toute notre énergie, bien davantage que notre propre honneur, ou celui de notre famille ou celui de notre pays.

C’est une abjection quant à la notion de droit. Jus est justum : le droit est ce qui est juste, ce qui est objet de la vertu de justice selon la loi. Cette loi est la loi éternelle en Dieu ; la loi naturelle dans la création ; la loi de l’Évangile dans l’ordre à la fin dernière ; la loi positive dans la société : loi de l’Église ou loi de la Cité qui appliquent et détermine dans le concret les trois lois susnommées. Faire du blasphème un « droit », c’est décréter que le reniement du fondement de la nature et de la société humaines sont une chose juste, une chose qui concourt au bien commun, une chose que la loi (ordonnance de la raison) doit garantir et protéger…

C’est une abjection parce que le blasphème attire la malédiction et les châtiments de Dieu. Le Catéchisme du concile de Trente fait remarquer que Dieu a promis de punir les violateurs du deuxième commandement de la première des Tables de la Loi (celui qui interdit le blasphème) mais sans désigner de châtiment particulier : il faut donc en inférer que tous les maux qui accablent les hommes leur sont dispensés en punition du déshonneur du saint Nom de Dieu.

*

La tuerie de Caïphe-Hebdo occupe depuis une quinzaine de jours le devant de la scène, et cela en dit long sur l’orchestration de cette triste affaire (et la preuve, c’est qu’aujourd’hui encore j’en fais encore un papier). Le résultat est la confusion totale, car c’a été l’occasion de vilipender « les religions » ou de prendre leur défense, c’a été l’occasion d’appeler à respecter « la foi » de tous, ou celle de personne : mais toujours en mettant dans le même sac la vraie religion, celle de Jésus-Christ vivant dans l’Église catholique, et les fausses religions qui sont des singeries diaboliques ; en confondant la foi catholique, lumière de la vérité divinement révélée, et les croyances tissues d’erreurs et de superstition.

Qui donc est, en définitive, la grande cible de cette kermesse mondiale ? Jésus-Christ en sa gloire et en ses membres. Astiterunt reges terræ, et principes convenerunt in unum adversus Dominum, et adversus Christum ejus. Dirumpamus vincula eorum, et projiciamus a nobis jugum ipsorum : Les rois de la terre se sont levés, et les princes se sont assemblés contre le Seigneur et contre son Christ. Rompons leurs liens, et jetons loin de nous leur joug (Psaume II, 2-3).

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 09:52

Le fléau de Dieu

ou

Le bal des hypocrites

Il est difficile d’échapper au tam-tam médiatique, il est impossible de l’ignorer : l’hebdomadaire blasphèmirique dénommé Charlie-Hebdo a subi une attaque meurtrière au cours de laquelle douze personnes ont trouvé la mort (et au bout du compte, ce sont vingt morts que l’affaire comptabilise). Cet épisode sanglant occupe le devant de la scène pendant une semaine, et constitue un prétexte vraiment très opportun (!) pour achever la déchristianisation de la société, notamment dans les écoles. Faut-il appliquer l’adage Id fecit cui prodest ?

Un crime est un crime, un assassinat est un assassinat. Il ne saurait être question d’approuver ou de se réjouir en quoi que ce soit ce genre d’« expédition punitive » qui usurpe les droits de Dieu seul maître la vie humaine. Mais il convient aussi de replacer les choses dans leur véritable perspective.

1.   Ce jour-là, mercredi 7 janvier, plus de 200 000 personnes sont décédées dans le monde : les douze malheureux ne représentent que moins de 12/200 000, soit moins 0,006 % des morts quotidiens. Beaucoup d’hommes sont morts de faim, de crime, de maladies douloureuses, de chutes malencontreuses, d’accidents brutaux : y a-t-on pensé ? a-t-on prié pour le salut de leur âme et pour adoucir le chagrin de leurs proches ? En France, la mort de 2000 personnes a été recensée ce même jour. Mais ce ne sont pas des morts intéressantes, n’est-ce pas ? Il y a des morts qui sont plus égaux que les autres…

—  Mais vous plaisantez ! Là il s’agit de meurtres : c’est tout autre chose !

—  Eh bien, parlons-en. Je n’ai pour l’instant mentionné que les morts de personnes ayant un état civil. Car, dans le même temps de 24 heures, et pour la seule France, ce sont plusieurs milliers d’enfants innocents qui ont été froidement assassinés dans le sein de leur mère : par meurtre soit chirurgical, soit chimique soit mécanique. A-t-on envoyé la police pour traquer et embastiller les assassins et leurs complices ? Pensez donc ! les deniers publics (les nôtres…) rémunèrent le prétendu « système de santé » dont les membres sont ainsi devenus des tueurs à gage. Quand on paie ses impôts, on finance le terrorisme abortif ; quand on paie son carburant, on finance le terrorisme islamique…

Quoi qu’il en soit, la balle d’un tueur, la virulence d’un agent pathogène, l’imprudence d’un chauffard, la catastrophe naturelle, la crise cardiaque ou la vieillesse ne sont que les huissiers de la Justice divine. Car mourir, c’est être cité au Tribunal de Jésus-Christ pour y rendre compte de la gestion de la vie et du temps que la Providence nous a impartis ; pour rendre compte du Sang et de la grâce de Jésus-Christ ; plus précisément, pour être examiné sur la présence (ou l’absence…) dans l’âme de la vertu théologale de charité (laquelle ne peut y être présente que si elle a été soutenue par la foi catholique et par l’espérance surnaturelle). C’est ainsi que se décide notre éternité, sans possibilité de retour ni d’appel.

2.   Parmi les morts à déplorer dans l’attaque des locaux de Caïphe-Hebdo, il y a des personnes qui n’étaient présentes que fortuitement, accomplissant leur devoir d’état. Elles et leur famille ont droit à toute notre compassion.

Mais la majorité des victimes appartenait à la rédaction d’une immonde publication, accumulant depuis des décennies blasphème sur blasphème contre Notre-Seigneur Jésus-Christ, contre sa sainte Mère et contre son Église. En particulier leur récent numéro hors-série traitant de Noël n’était qu’une grossière profanation du mystère de l’Incarnation, outrageant en texte et en image la sainte Vierge Marie, insultant à la foi catholique et à la piété des chrétiens.

Comment ne pas évoquer le Jugement de Dieu ? Car à tous les pécheurs défiant la justice divine que s’adresse notre souverain Juge (Psaume XLIX, 17-22) : « Toi qui hais la discipline, et qui as rejeté derrière toi mes paroles. Si tu voyais un voleur, tu courais avec lui, et tu mettais ta part avec les adultères. Ta bouche a été remplie de malice, et ta langue ourdissait la fraude. Tu t’asseyais pour parler contre ton frère, et tu tendais des pièges contre le fils de ta mère. Voilà ce que tu as fait, et je me suis tu. Tu as cru d’une manière impie que je te serais semblable. Je te reprendrai, et je mettrai tout sous tes yeux. Comprenez ces choses, vous qui oubliez Dieu ; de peur qu’il ne déchire, sans que personne puisse délivrer. »

Les gens de Caïphe-Hebdo donnent l’impression de ne rien respecter. Ce n’est bien sûr qu’un trompe-l’œil : ils se gardent bien de s’attaquer aux maîtres de la pénombre, au dogme qu’ils imposent, au système qu’ils ont mis en place. La Révolution s’exerce en deux temps : Solve et Coagula. Ce torchon-hebdo s’emploie à dissoudre, à détruire, à souiller. Non seulement il est incapable de bâtir quoi que ce soit, mais encore il ne saurait attenter à l’ordre occulte qui s’édifie sur les ruines de la chrétienté : il en mourrait dans l’heure.

Aussi depuis des décennies, il vit de la dérision de la vérité et de la vertu ; son prétendu humour corrosif s’exerce contre tout ce qui est vrai, bon et beau. L’insolence dans le blasphème tient lieu de talent à ses dessinateurs et rédacteurs, qui ne sont que de médiocres ratés.

Le fléau de Dieu est passé… Dans l’histoire de la chrétienté, l’Islam a souvent rempli cet office : il s’est implanté sur des terres désolées et affaiblies par l’hérésie, le schisme ou l’apostasie. Il est le châtiment des mauvais chrétiens.

3.   Quand la guerre islamique massacre les chrétiens en Syrie, en Afrique ou en Indonésie, on ne s’émeut pas beaucoup. C’est pourtant tous les jours de l’année que les morts abondent sous ses coups. Mais si l’Islam s’en prend à des provocateurs, à la lie de la société apostate, au flambeau d’une prétendue liberté dévoyée et arrogante, là on se souvient qu’il faut lutter pour la paix publique et pour la justice.

L’Islam est le fléau de Dieu, et il ne le sait pas. Il ne le sait pas d’abord parce que les méthodes qu’il emploie et les buts qu’il poursuit sont contraires à la justice naturelle et au droit des gens — et en cela il doit être combattu sans faiblesse. La lâcheté du pouvoir politique devant son organisation criminelle est effarante.

L’Islam ne sait pas qu’il est le fléau de Dieu parce qu’il ne connaît pas Dieu. Il prétend agir en son nom, mais ce n’est pas le vrai Dieu qu’il vénère. Les catholiques ont-ils le même Dieu que les juifs et les musulmans ?  

La religion laïciste (religion d’État en France) prend un hypocrite prétexte des attentats criminels perpétrés par des musulmans pour fustiger « les religions ». De religion tout d’abord, il n’y a qu’une vraie, parce que Dieu ne se contredit pas lui-même. Et puis, l’Islam n’est pas une religion : il est une guerre contre l’adorable Trinité et contre la chrétienté. Il n’est rien d’autre, même si beaucoup de musulmans au tempérament pacifique s’y trompent. Faire la guerre, tuer les chrétiens, ce n’est pas accidentel à l’Islam : c’est son essence, c’est sa raison d’être.

Ce qui est accidentel chez lui, c’est de tuer les blasphémateurs du vrai Dieu, c’est de se révolter contre ses maîtres…

4.   Pendant ce temps-là, la plupart des catholiques ont pris l’habitude de ne pas considérer la nature des choses ; ils en sont réduits à des jugements qui relèvent du sentiment, de la commodité, de l’habitude.

La fin de l’Islam est de faire la guerre aux catholiques, et on voudrait l’apprivoiser (est-ce là le fameux « sens de l’histoire »?). Il ne faut pas apprivoiser l’Islam (chose impossible) mais travailler à convertir les musulmans égarés dans les ténèbres de cet immense leurre.

La fin du système scolaire républicain (et de l’école prétendument libre qui a adopté son esprit, ses méthodes et ses programmes) n’est pas d’apprendre à lire, écrire et compter (ça se saurait !) mais de répandre l’incrédulité et le mépris des mœurs chrétiennes. Les parents catholiques y envoient leurs enfants et font mine de s’étonner que ceux-ci perdent la foi. La responsabilité des parents est immense, mais ils ne sont jamais à court de prétextes.

Le libéralisme est par nature la voie de l’esclavage. Et pourtant on caresse toujours ce libéralisme même quand on a découvert qu’il enfante des terroristes. L’épisode Caïphe-Hebdo a révélé bien des cœurs, entre autres celui de ceux qui sont venus doctement nous enseigner que la liberté est le plus grand des biens, et que les blasphémateurs meurtris étaient des martyrs de la civilisation occidentale. Rien que ça !

*

Il faut commencer par apprendre (ou réapprendre) la doctrine de l’Église, tant dogmatique que morale et sociale : sans cela la vie chrétienne, quel que soit le cœur qu’on y veut mettre, ressemble au travail de Pénélope.

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 19:29

Du lundi 9 février 2015 (à 14 h) au samedi 14 février 2015 (à 12 h)

l’Abbé Hervé Belmont prêchera, pour les hommes et les jeunes gens,

une retraite selon les Exercices de Saint-Ignace

à Saint-Maixant (Gironde – France)

 

En se retirant des agitations du monde pendant cinq jours et en suivant l’itinéraire par lequel Dieu a conduit saint Ignace de Loyola du péché à une haute sainteté et à un grand zèle pour l’Église, l’âme chrétienne se dépouille des affections désordonnées, des péchés qui l’enchaînent dans la voie de la tiédeur ou de la perdition, de l’aveuglement qui lui fait oublier son éternité.

La miséricorde de Dieu, la paix de l’âme, la joie du cœur libéré et le juste discernement de la volonté de Dieu sur vous seront les fruits de votre retraite.

Il faut prendre la grâce quand elle passe, dit la sagesse populaire. Si cela est déjà vrai des occasions favorables qui se présentent dans le cours de la vie, cela est infiniment plus vrai de l’amour de Dieu qui frappe à la porte de votre âme.

*

Toutes les voies du Seigneur sont miséricorde et vérité, proclame le Psaume XXIV : Universæ viæ Domini misericordia et veritas.

La retraite qui vous est proposée, prêchée selon la grande tradition spirituelle de la sainte Église catholique, est une de ces grâces si précieuses que l’éternité entière peut en dépendre. C’est une grâce vigoureuse, une grâce de choix qui produit la conversion de l’âme, l’affermissement des vertus, ainsi qu’un grand élan de vie chrétienne et de sanctification.

Cette retraite portera des fruits durables, elle sera une véritable contribution au règne de Jésus-Christ en vous et autour de vous, parce que la vérité entière de la doctrine catholique – qui procure l’intégrité de la foi, l’intensité de l’espérance et la vigueur de la charité – est une requête impérieuse de la miséricorde divine qui illumine l’esprit, élève et apaise le cœur, et sauve l’âme.

Sainte Vierge Marie, par votre amour maternel, conduisez-moi à la retraite !

 

Maison Saint-Jean-Baptiste

3, allée de la Sérénité

F – 33490  Saint-Maixant

 

Téléphone : zéro-cinq cinquante-six soixante-seize vingt-six vingt-trois

Partager cet article

Published by Abbé Hervé Belmont
commenter cet article