Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 21:49
Les actes à double effet.

Un acte à double effet est une action volontaire qui a deux effets, l'’un bon et l'autre mauvais (du point de vue moral). La question qui se pose est : peut-on agir en ce cas-là ?

Le principe général de solution est celui-ci :
on ne peut jamais vouloir le mal, ni comme fin (but qu'’on se propose) ni comme moyen. Mais il est des cas où l'’on peut le tolérer comme conséquence. Partant, en appliquant les règles générales de la moralité, on énumère quatre conditions pour qu'’un acte à double effet soit légitime.

1. L'’action en elle-même doit être bonne ou neutre. Une action qui est déjà mauvaise en elle-même n'’est jamais permise (comme le seraient un blasphème, un mensonge ou un adultère).

2. L'’effet bon (celui qui est voulu) ne doit pas être une conséquence de l'’effet mauvais – sinon l’'effet mauvais est voulu comme moyen. Un moyen simple de discerner cette condition est de se dire : si, par miracle, l’'effet mauvais ne se produit pas, l'’effet bon aura-t-il lieu ? Si oui, l'’effet bon ne découle pas de l'’effet mauvais, tout va bien ; si non, il faut renoncer car l'’effet mauvais est un véritable moyen.

3. L’'effet bon doit justifier l’'effet mauvais : il doit être une raison suffisante pour qu'’on puisse tolérer l’'effet mauvais. C'’est ainsi qu'’il faut prendre en compte la gravité de l'’effet mauvais, sa probabilité ou sa certitude, ses conséquences, le scandale qui peut en résulter ; c'’est ainsi encore qu’il faut examiner s'’il n'’est pas possible de trouver un autre moyen sans effet mauvais etc.

4. L'’intention doit être droite. Il ne doit pas y avoir une recherche secrète de l’'effet mauvais, qu'’on doit détester intérieurement.

À ces conditions, l'’acte à double effet est légitimement accompli.

Voici d'’abord, pour illustrer la structure de l’'acte à double effet, deux exemples qui semblent assez proches et qui sont pourtant opposés.
Le principe commun aux deux est celui-ci : la perte violente de la raison par l'’ivresse est intrinsèquement mauvaise. On ne peut jamais la vouloir.

[a] Ce sont les élections dans le village, qui peut basculer dans la perversité à une voix près. Je me rends chez mon voisin, qui vote pervers, et je lui fais boire beaucoup d’alcool tant et si bien que le voilà fin saoul et incapable de se rendre au bureau de vote. Le village est sauvé. Ai-je bien fait ?

[b] Dans le même village, il y a épidémie de choléra. L'’expérience a montré que seuls survivent ceux qui s’'enivrent. Mon voisin est atteint. Je me rends chez lui et je lui fait boire beaucoup d’'alcool tant et si bien que le voilà fin saoul, et qu'’il est sauvé. Ai-je bien fait ?

Dans les deux cas, l’'action considérée strictement en elle-même (déverser beaucoup d'’alcool dans le sang par voie buccale) n’'est pas moralement mauvaise : c’'est la perte de la raison qui est mauvaise. Dans les deux cas, la raison est censée suffisante. Dans les deux cas, j’'ai une intention droite. Et pourtant, dans le cas [a] je fais mal et dans le cas [b] je fais bien. Pourquoi ?

Dans le cas [a] l'’effet mauvais (perte violente de la raison) est cause de l’'effet bon (gain des élections). Preuve : si par miracle mon voisin n'’est pas ivre, il ira voter et les élections seront perdues.

Dans le cas [b], l'’effet mauvais n'’est pas cause de l’'effet bon. Preuve : si par miracle mon voisin n'’est pas ivre, il sera tout de même sauvé du choléra, car ce n'’est pas la perte de la raison qui guérit mais la présence d’'une grande quantité d’'alcool dans le sang.

On peut multiplier les exemples – dans lesquels la vertu de prudence nous fait juger droitement par réflexe (réflexe qu'’il faut pourtant examiner attentivement de temps en temps, surtout dans les cas graves).

Saint Thomas d’Aquin énumère les principes relatifs à l’'acte à double effet à propos de la légitime défense : Somme théologique, IIa IIæ q. 64 a. 7.

Pour illustrer encore ces principes, on peut encore citer le cas de Samson qui, enchaîné à deux colonnes qui soutiennent la salle où festoient les ennemis de Dieu, écarte les colonnes et meurt avec tous les autres dans l’'écroulement du bâtiment. Sa mort (effet mauvais) n’'est pas cause de la défaite des ennemis d’Israël, mais la conséquence de son acte. Si miraculeusement il avait survécu, l'’effet bon aurait tout de même été atteint.

Les principes ci-dessus rappelés sont d’un usage très fréquent, et il faut les posséder avec fermeté.

Précision : si l’'effet mauvais est la mort. Pour qu’'un acte à double effet soit moralement licite, il importe au plus haut point que l’'effet mauvais ne soit pas voulu. On ne peut jamais vouloir le mal, même si c'’est pour un bien supérieur.

Cependant, le problème de la mort est délicat : car il peut être permis de désirer la mort ; il est permis, plus exactement, de donner sa vie pour une cause qui nous dépasse : la gloire de Dieu, le témoignage de la vérité et de la vertu chrétienne (les martyrs l’'ont bien fait), la défense de la patrie, le soin des malades etc.

Voilà pourquoi, quand on examine les actes à double effet dans lequel l’'effet mauvais est la mort, il vaut mieux s’'en tenir à l'’acte considéré en lui-même, plus que de tenter d’examiner l'’intention : car un certain désir de la mort, non pas en tant que mort, mais en tant que don de sa vie, est permis (et généreux).
Repost 0
Published by Abbé Hervé Belmont - dans Morale
commenter cet article
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 15:00
Ce modeste site est mis en ligne pour l'amour de l'Église Romaine, une, sainte, catholique et apostolique. Il prend son nom de l'’initium du Symbole de Saint-Athanase, profession antique et permanente de la foi.

Il est filialement dédié à la très sainte Vierge Marie : « Je suis la Mère du bel amour, et de la crainte, et de la science, et de la sainte Espérance ; en moi est toute la grâce de la voie et de la vérité ; en moi est toute espérance de la vie et de la vertu. » [Eccli. XXIV, 24]

Il a comme objet de mettre à la disposition des catholiques et de tout homme de bonne volonté des textes, des études et des controverses aptes à les éclairer et les encourager dans ces temps difficiles où la fidélité demande un clair témoignage de la foi intègre et un courage persévérant pour y conformer toute sa vie.

Il accueille la collaboration active de catholiques qui :
–– professent de la foi catholique en toute son étendue et toute son exigence, et notamment : dans l'immutabilité de la constitution et des pouvoirs de l'Église ; dans la condamnation du naturalisme et du modernisme, de la prétendue liberté religieuse et de toutes les aberrations qui s'opposent au règne de Jésus-Christ ;
–– refusent de reconnaître l'autorité pontificale de Benoît XVI, en raison de son adhésion aux erreurs de Vatican II et à la réforme liturgique qui en est issue ;
–– se tiennent à l'écart des consécrations épiscopales sans mandat apostolique, et de tout ce qui en découle ;
–– ne considérent pas leur propre conviction comme critère d'appartenance à l'Église catholique : cette conviction est ancrée dans la lumière de la foi, elle est règle pour eux-mêmes et pour tout ce qui relève de leur responsabilité ; mais elle ne saurait par elle-même obliger le prochain. Autrement dit, ces catholiques ne veulent pas s'attribuer une autorité autre que celle de leurs arguments ;
–– désirent défendre la vérité sans détriment pour les exigences de la justice et de la charité.

Que saint Joseph, patron de l'Église universelle, nous soit en aide.



Symbole de saint Athanase

1.
Quicumque vult salvus esse, ante omnia opus est ut teneat catholicam fidem :
xxxQuiconque veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique :

2.
Quam nisi quisque integram inviolatamque servaverit, absque dubio in æternum peribit.
xxxCelui qui ne la conservera pas intègre et inviolée périra, sans aucun doute, pour l’'éternité.

3.
Fides autem catholica hϾc est : ut unum Deum in Trinitate, et Trinitatem in unitate veneremur.
xxxVoici quelle est la foi catholique : c’'est que nous vénérions un seul Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l’'unité.

4.
Neque confundentes personas, neque substantiam separantes.
xxxSans confondre les personnes, ni séparer la substance.

5.
Alia est enim persona Patris, alia Filii, alia Spiritus Sancti :
xxxAutre est en effet la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit :

6.
Sed Patris et Filii et Spiritus Sancti una est divinitas, æqualis gloria, coæterna majestas.
xxxMais du Père, du Fils et du Saint-Esprit, il n'’est qu’'une seule divinité, une gloire égale, une majesté coéternelle.

7.
Qualis Pater, talis Filius, talis Spiritus Sanctus.
xxxTel est le Père, tel est le Fils, tel est le Saint-Esprit.

8.
Increatus Pater, increatus Filius, increatus Spiritus Sanctus.
xxxLe Père est incréé, le Fils est incréé, le Saint-Esprit est incréé.

9.
Immensus Pater, immensus Filius, immensus Spiritus Sanctus.
xxxLe Père est immense, le Fils est immense, le Saint-Esprit est immense.

10.
Aeternus Pater, æternus Filius, æternus Spiritus Sanctus.
xxxxLe Père est éternel, le Fils est éternel, le Saint-Esprit est éternel.

11.
Et tamen non tres æterni, sed unus æternus.
xxxxEt pourtant il n'’y a pas trois éternels, mais un seul éternel.

12.
Sicut non tres increati, nec tres immensi, sed unus increatus et unus immensus.
xxxxDe même, il n'’y a pas trois incréés, ni trois immenses, mais un seul incréé et un seul immense.

13.
Similiter omnipotens Pater, omnipotens Filius, omnipotens Spiritus Sanctus.
xxxxDe même, le Père est tout-puissant, le Fils est tout-puissant, le Saint-Esprit est tout-puissant.

14.
Et tamen non tres omnipotentes, sed unus omnipotens.
xxxxEt pourtant, il n'’y a pas trois tout-puissants, mais un seul tout-puissant.

15.
Ita Deus Pater, Deus Filius, Deus Spiritus Sanctus.
xxxxDe même, le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu.

16.
Et tamen non tres dii, sed unus est Deus.
xxxxEt pourtant, il n’'y a pas trois dieux, mais un seul Dieu.

17.
Ita Dominus Pater, Dominus Filius, Dominus Spiritus Sanctus.
xxxxDe même, le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur, le Saint-Esprit est Seigneur.

18.
Et tamen non tres Domini, sed unus est Dominus.
xxxxEt pourtant, il n'’y a pas trois seigneurs, mais un seul Seigneur.

19.
Quia, sicut singillatim unamquamque personam Deum ac Dominum confiteri christiana veritate compellimur : ita tres deos aut dominos dicere catholica religione prohibemur.
xxxxDe même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chaque personne est Dieu et Seigneur, ainsi la religion catholique nous interdit de dire qu’'il y a trois dieux ou seigneurs.

20.
Pater a nullo est factus : nec creatus, nec genitus.
xxxxLe Père ne vient de nul autre : ni fait, ni créé, ni engendré.

21.
Filius a Patre solo est : non factus, nec creatus, sed genitus.
xxxxLe Fils est du Père seul : ni fait, ni créé, mais engendré.

22.
Spiritus Sanctus a Patre et Filio : non factus, nec creatus, nec genitus, sed procedens.
xxxxLe Saint-Esprit est du Père et du Fils : ni fait, ni créé, ni engendré, mais procédant.

23.
Unus ergo Pater, non tres Patres ; unus Filius, non tres Filii ; unus Spiritus Sanctus, non tres Spiritus Sancti.
xxxxIl y a donc un seul Père, et non trois Pères ; un seul Fils, et non trois Fils ; un seul Saint-Esprit, et non trois Esprits Saints.

24.
Et in hac Trinitate nihil prius aut posterius, nihil majus aut minus : sed totæ tres personæ coæternae sibi sunt et coæquales.
xxxxEt en cette Trinité, il n'’y a rien d’'antérieur ou de postérieur, rien de plus grand ou de plus petit, mais les trois personnes sont tout entières coéternelles et coégales entre elles.

25.
Ita ut per omnia, sicut jam supra dictum est, et unitas in Trinitate, et Trinitas in unitate veneranda sit.
xxxxEn sorte qu’en toutes choses, ainsi qu'’il a été dit plus haut, on doit vénérer l’'unité dans la Trinité, et la Trinité dans l'’unité.

26.
Qui vult ergo salvus esse : ita de Trinitate sentiat.
xxxxQue celui qui veut être sauvé pense donc ainsi de la Trinité.

27.
Sed necessarium est ad æternam salutem, ut Incarnationem quoque Domini nostri Jesu Christi fideliter credat.
xxxxMais il est nécessaire au salut éternel de croire aussi fidèlement à l'’Incarnation de Notre Seigneur Jésus-Christ.

28.
Est ergo fides recta ut credamus et confiteamur quia Dominus noster Jesus Christus, Dei Filius, Deus et homo est.
xxxxLa rectitude de la foi est de croire et confesser que Notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme.

29.
Deus est ex substantia Patris ante sæcula genitus : et homo est ex substantia matris in sæculo natus.
xxxxIl est Dieu, engendré avant les siècles de la substance du Père : il est homme, né dans le siècle de la substance de sa mère.

30.
Perfectus Deus, perfectus homo ex anima rationali et humana carne subsistans.
xxxxDieu parfait, homme parfait subsistant d’'une âme raisonnable et d'’une chair humaine.

31.
Aequalis Patri secundum divinitatem : minor Patre secundum humanitatem.
xxxxÉgal au Père selon sa divinité, inférieur au Père selon son humanité.

32.
Qui, licet Deus sit et homo, non duo tamen, sed unus est Christus.
xxxxBien qu’'il soit Dieu et homme, il n’y a pas deux mais un seul Christ.

33.
Unus autem non conversione divinitatis in carnem, sed assumptione humanitatis in Deum.
xxxxIl est un, non par conversion de la divinité en chair, mais par l’'assomption de l'’humanité en Dieu.

34.
Unus omnino, non confusione substantiæ, sed unitate personæ.
xxxxUn absolument, non par confusion de substance, mais par l’'unité de la personne.

35.
Nam sicut anima rationalis et caro unus est homo : ita Deus et homo unus est Christus.
xxxxCar, de même que l’'âme raisonnable et la chair est un seul homme, ainsi le Dieu et l’'homme n’est qu'’un seul Christ.

36.
Qui passus est pro salute nostra, descendit ad inferos tertia die resurrexit a mortuis.
xxxxIl a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, et le troisième jour il est ressuscité des morts.

37.
Ascendit ad cælos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis : inde venturus est judicare vivos et mortuos.
xxxxIl est monté aux cieux, il est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant : d'’où il reviendra juger les vivants et les morts.

38.
Ad cujus adventum omnes homines resurgere habent cum corporibus suis : et reddituri sunt de factis propriis rationem.
xxxxÀ son avènement, tous les hommes seront appelés à ressusciter avec leurs corps, et à rendre raison de leurs propres actes.

39.
Et qui bona egerunt ibunt in vitam æternam : qui vero mala, in ignem æternum.
xxxxCeux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle, ceux qui ont fait le mal, au feu éternel.

40.
Haec est fides catholica, quam nisi quisque fideliter firmiterque crediderit, salvus esse non poterit.
xxxxTelle est la foi catholique : quiconque ne la croira pas fidèlement et fermement ne pourra pas être sauvé.
Repost 0
Published by Quicumque - dans Quicumque
commenter cet article