Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 21:35

 

 

Un livre de guerre qui met l’âme en joie profonde



Couverture Quenette

 

Les éditions Dominique Martin Morin ont réédité le livre de Mademoiselle Luce Quenette L’éducation de la pureté. Il était épuisé depuis fort longtemps, et aucun ouvrage n’avait pu combler le vide ainsi laissé.

Sous une couverture qui n’est pas de mon goût (mais tout le monde se moque bien de mon goût !) et que l’image ci-dessus obscurcit encore, c’est un beau volume de 270 pages, à la typographie serrée mais aux proportions agréables. Le format est 150 x 225 mm, et le texte est imprimé sur un papier de belle venue. L’éditeur a ajouté quelques notes doctrinales ou documentaires bien identifiées, qui sont utiles au lecteur exigeant. Le prix public est de 22 €.

Luce Quenette

Je ne peux mieux faire que de recopier ici le principal de la préface de cette nouvelle édition.

« La réédition de ce livre est une bénédiction. Depuis que le maître-ouvrage de Mademoiselle Luce Quenette (1904-1977) n’était plus disponible en librairie, rien ne l’avait remplacé, aucun écrit n’avait traité de L’éducation de la pureté avec autant de sûreté, d’élévation et d’expérience : avec autant d’autorité.

« La rédaction des pages qu’on va lire – rédaction soufferte avec un souffle ténu de vie, arrachée feuille à feuille à un labeur quotidien écrasant – remonte à quarante ans (1971-1974), et pourtant il ne fait aucun doute qu’elles sont écrites pour aujourd’hui. Et pour demain. Le Bon Dieu ne change pas, le mal n’a pas reflué, l’épreuve de la foi et des familles perdure : demain davantage qu’hier ces pages laissent dans l’esprit une trace profonde tout à la fois rafraîchissante et brûlante – ce qui est un alliage rare, on en conviendra.

« L’âme du lecteur est rafraîchie et dilatée parce qu’elle est introduite dans un monde de grâce, de pureté et de sainteté qu’on n’imagine plus exister.

« Son cœur est brûlé, parce qu’il entre en commerce intime avec l’âme de feu d’un chef de guerre, au verbe affilé et enthousiasmant.

« Les illusions et les lâchetés que la fausse sagesse du monde instille sans cesse sont réduites en cendres, et il ne reste que la belle voie du feu sacré à laquelle l’auteur appelle les âmes magnanimes.

« “Nous formons des vainqueurs, non des immunisés” (chapitre 14) : voilà le programme qui donne à l’ouvrage son ordre et son essor.

« Cette victoire n’est pas l’effet des reculades qui flattent la chair, mais le fruit savoureux de la Croix de Jésus-Christ quand elle règne en souveraine sur les intelligences et les cœurs : In hoc signo vinces !

« “C’est un temps extrême. S’en tirer par l’arrangement, le médiocre et le tiède, c’est se perdre” (chapitre 7), nous avertit Luce Quenette, qui bâtit patiemment sa démonstration.

« De l’humble école de la Comtesse de Ségur où l’on apprend les vertus quotidiennes qu’il serait mortel de négliger, on est conduit à la sainteté des enfants en passant par la lumière des âmes d’élite… et puis vous suivrez vous-même cette éblouissante montée, éprouvant un dégoût croissant pour l’arrangement, le médiocre et le tiède, aspirant au royaume de clarté où règnent la sainteté de la Messe et la gloire de la virginité.

« Il faut ensuite redescendre « sur le terrain » où la droite doctrine illumine, convertit et affermit ; où l’autorité tient une place fondamentale, tant par la force qu’elle exerce que par la confiance qu’elle mérite.

« L’ardeur de la foi, l’étendue de l’expérience, la fermeté de la pensée, la méditation de la doctrine catholique et la délicatesse du cœur font que la lecture de ce livre est une véritable retraite spirituelle pour tous, spécialement pour les familles afin qu’elles demeurent un sanctuaire et forment de vrais chrétiens.

« Le Royaume des Cieux appartient à ceux qui combattent et qui persévèrent. On ne sauvera pas les âmes, on ne refera pas une chrétienté avec des semi-mondains, ni avec des mollassons, ni avec des caméléons. Il faut des chevaliers, des vierges et des martyrs. Et des saintes familles. Et l’intégrité de la foi. Et la pureté de la sainte Messe. Et la plénitude de la grâce. Et un amour filial pour la sainte Vierge Marie.

« Luce Quenette excelle à réunir tout cela en un bouquet resplendissant qui réconforte, qui aiguillonne l’âme puis l’élance vers la gloire réservée à ceux qui ressemblent aux petits enfants. »

Peut-être préférerez-vous la quatrième de couverture.

« La vie chrétienne consiste à connaître Dieu qui se révèle à nous, à ordonner toute notre activité vers cette fin surnaturelle, à aimer Dieu par-dessus tout. Elle réside donc principalement dans les vertus de foi, d’espérance et de charité.

« Mais ces vertus théologales ne peuvent pas s’enraciner dans l’âme ni même y demeurer si celle-ci ne fait pas régner la raison, ne domine pas la sensibilité et ne soumet pas la chair à l’esprit.

« C’est dire l’importance concrète de la vertu de pureté, qui se trouve ainsi être le terrain de toutes les autres vertus.

« En raison d’une profonde blessure qui est une séquelle du péché originel, cette pureté a besoin d’être éduquée, fortifiée, protégée : c’est de cet aspect crucial de l’éducation chrétienne que nous entretient Luce Quenette avec une fermeté et une délicatesse qui sont le fruit de sa méditation des grandes vérités de foi catholique et de son expérience. »

Vous connaissez maintenant l’intérêt et l’urgence de ce livre, qui doit trouver sa place dans votre bibliothèque, dans celle de votre belle-sœur et dans celle de vos grands enfants. Vous ne saviez qu’offrir à Noël… vous voilà déchargé d’un souci !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Hervé Belmont - dans Mariage - éducation
commenter cet article

commentaires