Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 11:06
La sainte Église catholique a fait de la philosophie d'Aristote et de saint Thomas d'Aquin sa philosophie propre. C'est-à-dire qu'elle la considère comme vraie, qu'elle en impose l'enseignement dans les séminaires et les universités qui dépendent d'elle, qu'elle l'utilise pour bâtir sa théologie et pour exposer le dogme chrétien. Même le catéchisme élémentaire vous parlera de nature et de personne, de matière et de forme, de substance et d'accident.

Bien sûr, ces notions relèvent du sens commun et sont accessibles à toute intelligence qui s'exerce normalement. Point n'est besoin pour cela d'étudier la philosophie scolastique.

Mais quiconque veut dépasser le niveau du catéchisme élémentaire, veut résister aux fausses philosophies du siècle, veut accéder à la théologie ou débattre de la foi se voit dans la nécessité d'entamer une étude au moins sommaire de la philosophie chrétienne.

Pour que cette étude ne demeure pas trop sommaire (et illusoire), pour qu'elle soit sérieuse et précise, il faut suivre un guide, il faut être initié. L'idéal serait bien sûr d'étudier dans le texte même de saint Thomas d'Aquin, et il faut désirer y parvenir le plus rapidement possible. Mais pour que cela ne soit pas rebutant, pour qu'on ne se noie pas ou qu'on ne passe pas
à côté sans même s'en apercevoir, une introduction à cette philosophie est vraiment souhaitable.

Il en existe un grand nombre en langue française, certaines de grande qualité. Je cite pêle-mêle :
La pensée de saint Thomas d'Aquin de Louis Jugnet (éd. Bordas) ; Le thomisme de Paul Grenet (Que sais-je ?) ; Éléments de philosophie tome I de Maritain (éd. Téqui) ; Lettres métaphysiques, de Robert Jacquin (éd. de L'École) ; Le thomisme d'Étienne Gilson (éd. Vrin) ; La pensée de saint Thomas d'Aquin de Gonzague Truc (éd. Payot) ; La synthèse thomiste du P. Garrigou-Lagrange (éd. DDB) ; Saint Thomas, guide des études de Léopold Lavaud (éd. Téqui) ; Saint Thomas d'Aquin d'Aimé Forest (éd. Mellotée) ; Thomas d'Aquin du P. Stanislas Gillet (éd. Dunod) ; Introduction à la philosophie traditionnelle ou classique du P. Petitot (éd. Beauchesne).

À cela on peut ajouter des études plus restreintes ou des biographies de saint Thomas :
Saint Thomas du Créateur de Chesterton (éd. DMM) ; Le docteur angélique de Maritain (éd. DDB) ; Saint Thomas d'Aquin d'Angelus Walz (Publications universitaires de Louvain) ; Saint Thomas d'Aquin du Père Petitot (La Revue des Jeunes).

Bref, ce ne sont pas livres qui manquent… Et pourtant ! Pourtant, la philosophie de saint Thomas demeure difficilement accessible : le temps manque, la résolution s'épuise, on est découragé avant que
la mayonnaise ne prenne. N'existe-t-il donc pas une sorte d'initiation à l'initiation, quelque ouvrage qui donne à la fois une vue générale et le goût de la philosophie ? N'y a-t-il pas moyen d'avoir le pied mis à l'étrier sans que cela coûte une peine démesurée ?

Il ne faut pas se faire illusion : de la peine, il en faudra toujours ; on ne peut se dispenser de travail et de réflexion. La philosophie est chose ardue, et les méthodes du type
Assimil sont impuissantes à gommer la nature des choses. Mais on peut être aidé et encouragé dans ce travail : c'est le but de l'évocation thomiste que je vous propose aujourd'hui.

Il s'agit d'extraits de
La philosophie bergsonienne de Jacques Maritain ; ils constituent une fresque suffisamment vaste et savoureuse de la philosophie de saint Thomas pour en donner une solide idée et pour décider le lecteur attentif à continuer : il pourra le faire sans être plongé dans les ténèbres, mais en continuant au contraire à bénéficier de la douce lumière que Maritain a le talent de répandre dans sa fidèle exposition de la philosophie scolastique.

Si vous doutez de l'efficacité de ces belles pages, reportez-vous à l'introduction dans laquelle Jean Madiran raconte que c'est dans cet ouvrage qu'il a découvert l'existence de saint Thomas d'Aquin et qu'il a commencé l'étude de sa doctrine. C'est très encourageant.

Si maintenant, vous êtes tenté de dire :
Maritain ? Bof ! je vous conseille de lire l'article Maritain et la philosophie (et je vous le conseille même si vous n'avez pas cette tentation !)

Et si vous êtes tenté de dire :
Madiran ? Bof ! tout le mal que je vous souhaite est d'être un jour aussi bon connaisseur de saint Thomas que lui. Et quand vous serez capable d'écrire les opuscules doctrinaux qu'il a produits dans sa grande époque (je vous laisse chercher les titres) vous reviendrez me voir.

En attendant voici ces pages sous le titre d'
Évocation thomiste une mise à l'étrier en philosophie, une mise en bouche... Bon courage !

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Hervé Belmont - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires