Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 06:17
La dévotion à saint Blaise contre les maux de gorge était chère à saint François de Sales, qui avait une grande confiance en son intercession.

Saint Blaise [fin du IIIe – début du IVe siècle], après une vie de piété et de vertu et après avoir saintement occupé le siège épiscopal de Sébaste (Arménie), se retira dans une caverne du mont Argée pour y vivre dans la contemplation et la pénitence. Au temps de la persécution de Dioclétien il fut jeté en prison, et là il y guérit les malades, qu’'on lui amenait en raison de la réputation de sainteté dont il jouissait. Une mère mit à ses pieds son jeune enfant qui étouffait à cause d'’une arête demeurée en travers du gosier, en sorte que les médecins désespéraient de le sauver. Saint Blaise se mit en prière et demanda à Notre-Seigneur de guérir cet enfant et tous ceux qui, affectés d'’un mal semblable, se recommanderaient à lui. L'’enfant fut aussitôt guéri.
Après avoir été battu de verges et avoir eu tout le corps déchiré par des peignes de fer, saint Blaise eut la tête tranchée et mourut en confessant glorieusement la foi de Jésus-Christ ; c'’était le 3 février, et sa fête se célèbre à cette date.

Pour le jour de sa fête, il existe dans le Rituel romain une bénédiction spéciale qui protège contre les maux de gorge.
Le prêtre commence par bénir deux cierges en récitant l’'oraison suivante :


O Dieu tout-puissant et très doux, qui avez créé les variétés de toutes les choses du monde par votre seule parole, et qui avez voulu que pour la Rédemption des hommes s’'incarnât ce même Verbe par lequel toutes choses ont été faites ; qui êtes très grand et immense, terrible et digne de louange, et dont les œœuvres sont admirables ; pour la confession de la foi en lequel le glorieux évêque et martyr Blaise, ne craignant pas toutes sortes de tourments, a heureusement acquis la palme du martyre ; qui lui avez accordé entre autres grâces la prérogative de guérir par votre vertu quiconque serait malade de la gorge : nous prions et supplions votre majesté pour qu’'avec bienveillance vous ne considériez pas notre culpabilité mais ses prières et ses mérites et que, par votre vénérable tendresse, vous daigniez bé + nir et sancti + fier cette créature de cire en y infusant votre grâce ; de telle sorte que tous ceux qui auront mis, avec une sainte confiance, leur cou à son contact soient libérés de toute maladie de la gorge par les mérites de sa passion, et que, guéris et joyeux, ils vous rendent des actions de grâce dans votre Église sainte, et louent votre nom glorieux, qui est béni dans les siècles des siècles. Par votre Fils Jésus-Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec vous dans l’'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles.
R. : Ainsi soit-il.

Le prêtre asperge les cierges d’'eau bénite. Ceux qui veulent recevoir la bénédiction se mettent à genoux devant l’'autel. Le prêtre place les deux cierges en forme de croix sous le menton de chacun en disant à chaque fois :
Que Dieu, par l'’intercession de saint Blaise, évêque et martyr, te délivre du mal de gorge et de tout autre mal. Au nom du Père, et du Fils + et du Saint-Esprit.
R. : Ainsi soit-il.

La Sacrée Congrégation des Rites a rappelé qu'’on doit se conformer en tout au Rituel romain (1 février 1924) ; elle a en outre précisé que les deux cierges doivent être éteints (16 janvier 1936) et qu'’on peut donner cette bénédiction tout au long de la journée du 3 février (3 mars 1936).

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Hervé Belmont - dans Liturgie
commenter cet article

commentaires

Walktsin 21/12/2010 16:28



On ne peut pas la dire un jour quelcuonque ?



Abbé Hervé Belmont 22/12/2010 06:14



À ma connaissance, Monsieur, cette bénédiction est réservée au jour même de la Saint-Blaise (3 février). C'est souvent qu'il en est ainsi dans les bénédictions qui sont en l'honneur d'un saint
particulier.